Scandales à la une

Ceci est un téléfilm (pour la chaîne câblée HBO), mais quel tonus, quel impact émotionnel, quelle maîtrise du récit et quels acteurs ! On en oublie le côté démonstratif et bien-pensant du scenario pour ne regarder qu’une aventure humaine, à la limite de la comédie dramatique et du « docu-drama ». Jason Cromwell, présentateur de l’émission TV «Ici et maintenant», mène des enquêtes avec une caméra et dénonce les grands (et les petits) scandales de notre société : un banquier indélicat, un chirurgien massacreur, un promoteur véreux. Sous prétexte de défense du consommateur et du brave citoyen, Cromwell s’érige en juge et arbitre. Et son indice d’écoute monte, monte, monte. Si bien qu’on lui pardonne tout, même ses erreurs.
Cromwell, c’est Albert Finney qui en fait des tonnes, mais est toujours étonnant. Il est entouré de deux comédiennes de très grand talent : Swoosie Kurtz (« Les liaisons dangereuses ») et Kathy Baker (« Jacknife » et « Mr Frost »). Même s’il n’est pas d’une fantastique subtilité dans sa dénonciation du pouvoir de la télévision, « Scandales à la Line » est un film (oui, un film) tout à fait passionnant.

Posted in Non classé No Comments

Les Indians

Un film sur les joueurs professionnels de base-ball américain, ça pouvait angoisser. Mais là, David Ward a réussi à marier la comédie et la « success story ». « Les Indians » nous introduit dans ce monde de joueurs de haut rang où, d’habitude, il n’y a pas de place pour les débutants maladroits ou les athlètes qui ont dépassé la limite d’âge. Mais l’équipe des Indians de Cleveland est une exception ! Tom Berenger à ses genoux qui le lâchent, Charlie Sheen ne maitrise pas complètement son jeu, s’est fait remarquer avec le club du California Penale alors qu’il purgeait une peine de prison et affiche un look de rebelle sauvage qui déclenche les passions les plus contradictoires. Quant à Corbin Bernsen, il sélectionne les balles qu’il doit rattraper en plongeant au sol… car il préserve son visage pour les pubs TV. Un tel rassemblement de ringards dans l’équipe des Indians s’explique parce que la propriétaire ne peut vendre son équipe que si le chiffre des entrées descend au-dessous d’un certain seuil, pour annuler le précédent contrat. Il suffit donc que ces chers petits Indians terminent bons derniers, mais les ringards se révèlent des vainqueurs ! On passe un agréable moment avec les Indians.

Blaze

BlazeLe maire de Washington arrêté par le FBI pour usage de cocaïne, le gouverneur Gary Hart empêche de devenir président à cause d’une call-girl, ça vous étonne ? Rien de nouveau pourtant, sous ce don Juan de Kennedy, le gouverneur de Louisiane est un certain Earl Long (Paul Newman, accent sudiste, rusé et sympa). Pendant que ses copains-conseillers jouent aux cartes, il écume les strip-teases de New Orléans et tombe les effeuilleuses. La dernière en date : Blaze Starr, une fille de fermiers sortie du bayou qui affole les ploucs et les notables avec un numéro insensé. Bien brave au demeurant, la Blaze (Lolita Davidovich, émouvante) résiste pour la forme au politicien sexagénaire. Et c’est la que tout dérape celui-ci tombe amoureux comme un collégien. Mauvais pour sa carrière. Il a beau être un personnage haut en couleur, un démagogue séduisant, les électeurs n’avalent quand même pas tout. Chute du gouverneur, devenu un gêneur pour les appareils des partis qui font tout pour s’en débarrasser. Le plus beau, c’est que tout ici est authentique, tiré de la biographie de la strip-teaseuse au grand cœur ! Un peu édulcoré, bon, mais plein d’anecdotes savoureuses.

Posted in Non classé No Comments

Maman & Nous ne sommes pas des anges

Chaque film de Romain Goupil est un petit événement : « Mourir à trente ans », « La java des ombres », « Maman »… Maman, c’est Anémone, dans un personnage à la fois délirant et attachant, comme elle en a le secret. Elle sort de prison et n’a de cesse que de récupérer ses gosses et ceux de sa meilleure copine, toujours en détention. Elle doit ensuite trouver de l’argent pour partir loin. Car elle a un rêve : partir loin. Avec la complicité de ses enfants, elle va monter un casse audacieux. Romain Goupil, sous couvert de comédie policière, s’offre une chronique, vive et insolente, du monde contemporain. Et il fait aussi de son film un véhicule pour Anémone qui, entre coups de cœur et coups de gueule, assume, avec une belle santé, son personnage de Lulu : ses délires, ses blessures, ses rêves. Sensible et violente, elle entre et se distille avec maestria dans l’univers de Romain Goupil : un petit monde de femmes, fait de grandes errances et de petites cavales, de grands rêves et de petites déceptions. La vie quoi ! Et elle est entourée d’une poignée de gosses étonnants de naturel et de malice.

Nous ne sommes pas des anges

Nous ne sommes pas des angesOn ne peut pas dire que c’est la première fois que Robert De Niro porte la soutane, puisqu’il l’avait déjà dans « Sanglantes confessions », mais c’est la première fois que l’on découvre un De Niro aussi léger, spontané, facétieux, jubilant et souriant. Avec Sean Penn qui, lui aussi pour une fois, décrispe ses mâchoires, ils incarnent deux bagnards en cavale, se déguisant en prêtres et obligés d’assumer leur sacerdoce. Ne connaissant rien à la religion, les deux lascars sont obligés d’improviser à chaque instant. S’inspirant très librement d’un classique du théâtre comique, «La cuisine des anges » (qui avait déjà inspiré un film avec Humphrey Bogart dans les années 50), le dramaturge-scénariste-réalisateur David Mamet (à qui l’on doit la réalisation de l’étonnant» Engrenage » et le scénario des « Incorruptibles ») a écrit une comédie jouant sur la succession de gags et de situations inextricables, mais aussi sur le quiproquo et le burlesque. Et Neil Jordan (le réalisateur de « Mona Lisa ») trouve parfaitement le rythme qui convient pour mettre en folie ce petit village canadien de pêcheurs OÙ les deux fuyards trouvent refuge et revêtent la soutane. Un des grands atouts de ce film est la visible bonne entente qui règne entre les deux stars.

Posted in Non classé No Comments

Indiana Jones et la dernière croisade

Indiana Jones

Le troisième film de la série ! Indiana Jones se lance à la conquête du Graal et s’attaque à nouveau (après « Les aventuriers de l’Arche perdue ») aux nazis. Des méchants parfaits, côté sadisme et cruauté, mais aussi idéals pour se faire éliminer à la dernière bobine, à la plus grande jubilation du spectateur. Ce troisième volet du tryptique « Indiana Jones » regorge de scènes d’action spectaculaires, mais atténue un peu le côté grand huit des deux précédents films, qui ne vous laissaient pas vraiment le temps de souffler.

Là, Spielberg et Lucas ont choisi de laisser une part plus importante (mais pas gênante, au contraire) à la psychologie des personnages. « Indiana Jones et la dernière croisade » joue la carte de la famille. On y voit d’abord, dans une séquence pré générique, la jeunesse d’Indiana et on découvre quelques clés sur ses comportements actuels. Et puis, surtout, on y voit Henry Jones, père d’Indiana, vieux savant bourru entrainé malgré lui, avec son fils, dans une aventure particulièrement mouvementée. Sean Connery est étonnant dans cette composition haute en couleur. Il est drôle et émouvant. Il vole presque la vedette à Harrison Ford !

Posted in Non classé No Comments